La position des coudes  (ou une réponse féministe au manspreading)

La position des coudes est une proposition triplement inversée du manspreading : une femme et non un homme, des coudes levés au lieu de genoux écartés, et une position debout et en mouvement à la place d’une station assise et immobile.

 

La position des coudes reprend les caractéristiques de prise de pouvoir du manspreading: l’étalement du corps dans l’espace, une attitude corporelle traduisant une confiance en soi, un enracinement qui parait inébranlable et une puissance physique. Elles exigent toutes deux une adaptation du comportement d’autrui: la place supplémentaire arrogée empiète sur l’espace collectif; il en résulte une répartition inégale en faveur des corps les plus déployés, c’est à dire des corps dominants.

 

Mais la position des coudes se différencie du manspreading afin d’en renverser les rapports de force; elle en est à mes yeux un reflet subversif. Elle n’efface pas l'image du manspreading; elle s’en inspire et la modifie, la fait évoluer dans une autre direction. La modification de ses caractéristiques physiques traduit une modification de son message. Le manspreading expose l'homme comme maître qui siège, en toute quiétude, dans l'espace public, dans une attitude de domination passive. La position des coudes, elle, met en images une femme qui lutte pour reconquérir sa place dans ce même espace; c'est donc une attitude de prise de pouvoir active. De la tranquillité et l'assurance masculine, on passe à la combativité féminine, mais toutes deux ont les même racines: l'occupation de l'espace public par le déploiement du corps. La position des coudes est en fait une forme de « womanspreading »: sans être un reflet exacte du manspreading, elle en est une réponse critique, son prolongement féministe.

20-B-DSC_9963.jpg
23-DSC_0213_3.jpg

Carnets et performances filmées

           

                     - Photographies, vidéos, textes -

 

CHAPITRE I - La Genèse

CHAPITRE II - L'exploration frontale

                                       Affichage sauvage

Female Symbols Logo.png

Commentaire par B. Hermes Roland, curatrice·teur du concours "Female Symbols and Urban Space" organisé par la Maison Amazone, Bruxelles, 2020